Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace
Académie des Sciences,Lettres et Arts d'Alsace

l'édito

À quoi servons-nous ?

« Mais à quoi sert l’Académie d’Alsace ? » Combien de fois ai-je répondu à cette question au lendemain de mon élection à la présidence de notre compagnie, le 1er juillet dernier ? Une curiosité souvent nourrie d’ignorance teintait les interrogations. Oui, quelle peut bien être, en 2017, dans le tourbillon incessant et les rugueuses interpellations de notre temps, la fonction d’une institution coiffée du noble et ambigu mot d’académie ?

 

Un mot, une formule, une évidence en guise de réponse :

« Notre Académie sert l’Alsace. »

Voilà à quoi nous servons ! Voilà pourquoi nous existons et travaillons ! Oui, la fonction de l’Académie des Sciences, Lettres, Arts d’Alsace, sa solide légitimité, s’inscrivent dans cette notion de service. Depuis 1952, dans une succession harmonieuse de styles et de présences au monde qui reflètent l’évolution de la région, ce cap est resté inchangé. Servir la région, c’est-à-dire réunir des personnes venues des horizons les plus divers qui, par leurs actions et leur rayonnement, illustrent un attachement désintéressé et vigilant au bien commun régional.

 

Une académie n’est pas une institution publique ou un corps constitué, ni une association de militants réunis autour d’une cause, ni un club-service ou une amicale, c’est le signe vivant, et un peu mystérieux, que l’esprit du lieu, le génie propre d’une terre, peuvent s’incarner dans une rencontre d’hommes et de femmes qui conjuguent leurs différences et leurs complémentarités.

 

L’intuition des pères fondateurs de l’Académie d’Alsace en 1952 était généreuse et visionnaire, en modelant une compagnie régionale à partir des traces des anciennes académies locales de Strasbourg et de Colmar, que les chocs de l’histoire avaient éteintes. Il faudrait que des historiens – à partir notamment de nos précieuses Annales – se penchent sur cette « zone blanche » de l’histoire régionale, l’après-guerre alsacien parcouru de traumatismes et d’espérances, et mettent en lumière et à l’honneur les belles figures et les actions déterminantes, du nord au sud de la région. S’assumer fièrement alsacien et français, tout en affirmant prophétiquement l’impérieuse nécessité d’une construction européenne, vivre sans complexe cette identité tridimensionnelle, levier d’une renaissance collective, d’un nouvel humanisme porteur de sens, tout cela n’allait pas de soi au début des années 1950. Et reste d’actualité tant les repères anciens sont aujourd’hui brouillés. Car qui saurait répondre avec pertinence à ces deux questions : « C’est quoi l’Alsace aujourd’hui ? » ; « Qu’est-ce qu’être alsacien ? »

 

La liste des lauréats des prix scientifiques et culturels que nous avons décernés au fil des dernières années offre une réponse en dressant la photo de groupe brillante et bien réelle d’une région enracinée, créative et ouverte, lucide et optimiste, qui travaille et rayonne sans complexe. Dans un monde qui a tendance à cloisonner les milieux et les personnes, l’Académie d’Alsace a cette fonction unique de créer des passerelles et d’ouvrir un espace commun, une agora.

 

De nouvelles pistes sont à explorer, de nouveaux talents à accueillir, des bonnes volontés à solliciter. Avec le souci de l’excellence et de la convivialité. Je voudrais reprendre ici le maître-mot du discours de Christiane Roederer, président sortant de notre Académie lors de l’assemblée générale fin juin aux Trois-Épis : « Jubilation ! » La jubilation du travail partagé au service d’une cause qui nous dépasse. Une jubilation bien alsacienne : de Johann Fischart à Germain Muller et Tomi Ungerer, le rire traverse l’histoire de l’Alsace. Un rire politique et thérapeutique, qui a l’intelligence de dépasser le stade des frustrations et des revendications, pour affirmer, avec la simplicité des artisans et des grands seigneurs, l’évidence d’une éthique. 

 

                                                                             Bernard REUMAUX

 

La communication, que l'on désigne aujourd'hui par 'la com', évolue probablement plus rapidement que tout autre événement de notre vie de tous les jours.

A nous aussi, membres de l'ASLAA, de participer à cette 'r.évolution' et mieux partager nos réflexions et nos travaux avec le plus grand nombre.

Notre Académie embrasse de par ses travaux de très nombreux sujets tant scientifiques, philosophiques qu'artistiques, leurs liens avec le monde de l'économie.

N'hésitons pas à diffuser généreusement l'adresse de notre site.

Notre Compagnie ne pourra apporter de solutions aux questionnements actuels quant à savoir 'où va l'Alsace ?' mais peut contribuer à une approche éclairée de son avenir.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace